• rentrée 2016 : nouveaux programmes

    pour construire  sa  programmation sur l'année :

    Nombres et calcul  
    CM1 les nombres sont abordés jusqu’à 1 000 000

     

    l’étude des fractions simples (comme 2/3, 1/4, 5/2) et des fractions décimales

    Pour les nombres décimaux, les activités peuvent se limiter aux centièmes en début de cycle

    addition et soustraction pour les nombres décimaux

    division euclidienne

    CM2 multiplication d’un nombre décimal par un nombre entier

     

    division de deux nombres entiers avec quotient décimal

    division d’un nombre décimal par un nombre entier

    Grandeurs et mesure  
    CM1 Longueurs : La construction et l’utilisation des formules du périmètre du carré et du rectangle interviennent progressivement au cours du cycle.

     

    Durées : Un travail de consolidation de la lecture de l’heure, de l’utilisation des unités de mesure des durées et de leurs relations ainsi que des instruments de mesure des durées est mené en CM1 et en CM2.

    Aires : on compare et on classe des surfaces selon leur aire. La mesure ou l’estimation de l’aire d’une surface à l’aide d’une surface de référence ou d’un réseau quadrillé est ensuite abordée.

    Contenances : Au primaire, on compare des contenances sans les mesurer et on mesure la contenance d’un récipient par un dénombrement d’unités, en particulier en utilisant les unités usuelles (L, dL, cL, mL) et leurs relations.

    Angles : il s’agit d’estimer et de vérifier, en utilisant l’équerre si nécessaire, qu’un angle est droit, aigu ou obtus, de comparer les angles d’une figure puis de reproduire un angle, en utilisant un gabarit.

    CM2 Longueurs : L’usage du compas permet de comparer et reporter des longueurs, de comprendre la définition du cercle (comme ensemble des points à égale distance du centre).

     

    Durées : Tout au long du cycle, la résolution de problèmes s’articule autour de deux types de tâches : calculer une durée à partir de la donnée de l’instant initial et de l’instant final, déterminer un instant à partir de la connaissance d’un instant et d’une durée. La maitrise des unités de mesure de durées et de leurs relations permet d’organiser la progressivité de ces problèmes.

    Aires : Une fois les notions vues au CM1 stabilisées, on découvre et on utilise les unités d’aire usuelle et leurs relations. On peut alors construire et utiliser les formules pour calculer l’aire d’un carré, d’un rectangle

    Contenances : cf CM1

    Angles : cf CM1

    Espace et géométrie Aucune maitrise n’est attendue des élèves pour ce qui est des codages usuels (parenthèses ou crochets) avant la dernière année du cycle

     

    les élèves auront recours à différentes règles (graduées ou non, de diverses tailles), à des gabarits, à l’équerre, au compas

    CM1 tracer un segment d’une longueur donnée ou reporter la longueur d’un segment

     

    savoir reconnaitre un carré en prenant en compte la perpendicularité et l’égalité des mesures des côtés

    Symétrie axiale : Un travail préalable sur les figures permet d’illustrer l’aspect global de la symétrie plutôt que de procéder de façon détaillée (par le point, le segment, la droite). Pour construire ou compléter des figures planes par symétrie, différentes procédures seront abordées au cours du cycle.

    CM2 dépasser la dimension perceptive et instrumentée pour raisonner uniquement sur les propriétés et les relations. Par exemple, l’usage de la règle et du compas pour tracer un triangle, connaissant la longueur de ses côtés, mobilise la connaissance des propriétés du triangle et de la définition du cercle. Il s’agit de conduire sans formalisme des raisonnements simples utilisant les propriétés des figures usuelles ou de la symétrie axiale. Un vocabulaire spécifique est employé dès le début du cycle pour désigner des objets, des relations et des propriétés.

     

    Symétrie axiale : dans la continuité du CM1

    à noter  pour la proportionnalité :

    La proportionnalité doit être traitée dans le cadre de chacun des trois domaines « nombres et calculs », « grandeurs et mesures » et « espace et géométrie ».

    En CM1, le recours aux propriétés de linéarité (additive et multiplicative) est privilégié dans des problèmes mettant en jeu des nombres entiers. Ces propriétés doivent être explicitées ; elles peuvent être institutionnalisées de façon non formelle à l’aide d’exemples

     Les procédures du type passage par l’unité ou calcul du coefficient de proportionnalité sont mobilisées progressivement sur des problèmes le nécessitant et en fonction des nombres (entiers ou décimaux) choisis dans l’énoncé ou intervenant dans les calculs. À partir du CM2, des situations impliquant des échelles ou des vitesses constantes peuvent être rencontrées. Le sens de l’expression « …% de » apparait en milieu de cycle. Il s’agit de savoir l’utiliser dans des cas simples (50 %, 25 %, 75 %, 10 %) où aucune technique n’est nécessaire, en lien avec les fractions d’une quantité. En fin de cycle, l’application d’un taux de pourcentage est un attendu.

    Luccia  nous propose  sa déclinaison sous forme de tableaux

    rentrée  2016 : nouveaux programmes

    rentrée  2016 : nouveaux programmes

    rentrée  2016 : nouveaux programmes

    rentrée  2016 : nouveaux programmes

     

     

    « de la pub au théâtre : écrire puis jouer ses textesnouveaux programmes lecture/littérature 2016 : pour batir une programmation »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :